La tour


D'abord on entre par le mess..


..puis au fond la lourde porte d'acier menant à la tour ou au sous sol..


..les escaliers..


..Pour faire la 3D , on s'est rendu compte que les marches n'avaient pas la même taille afin de s'adapter à la construction...


..lumière !


.. l'acier est solide et bien ancré !


puis on va vers le poste de surveillance..


.. le petit surplomb rond est comme posé en laissant du vide afin d'y sauter d'un pas en cas d'attaque aérienne , subtil. Un petit poteau y était planté et une grosse et lourde paire de jumelles très précise y était fixée à l'époque .


.. et d'ici on voit ça !


..ou ça..


.. et aussi ça..


.. mais surtout ça ces derniers temps..


.. de plus en plus proche.


Les structures des St étaient vraiment bien étudiées pour dévier au mieux les ricochets d'attaques terre comme air..


.. murs hauts mais surplomb du poste de surveillance..


.. Une vue imprenable sur tout l'estuaire de la Loire , jumelles puissantes et cartes des ombres chinoises des bateaux allemands , on comprend mieux les problèmes de l'opération chariot pour l'approche.


Sortie câblée pour téléphones débranchables , peu de boiseries restantes face aux intempéries.


Structures parfaites..


..étranges..


.. presque granitiques..


..belles au ciel bleu..


..formées tel un pentacle protecteur.


D'ailleurs l'aviation alliée ne s'y est jamais risquée , d'autant qu'à 100 m face à la mer un canon quadruple de 20 mm (1200 coups mn env.) semi automatique pouvait suffisamment dissuader les plongées nécessaires aux attaques aériennes ou les débarquements.


En plus les crochets pouvaient servir à tenir un filet de camouflage qui pouvait aller jusqu'en bas.


On redescend..


..prudemment.


Un dernier coup d'œil..


.. quelques marches..


Sortie.


Autrefois la tour était peinte pour accentuer le camouflage filet (sans doute pratiquement jamais posée vu le travail et l'entretien )..


.. sur le toit du blockhaus..


..face à la tour crénelée de douze mètres env. , 18 en comptant du sol.


Imposante.


Les crénelages prenaient les impacts.


détails.


Les crochets pour tendre les filets de camouflages.


L'érosion est lente mais continue..


.. trop de cailloux quand le ciment s'économisait parfois vu les besoins de part et d'autres.


.. mais ça tiendra encore longtemps.


Les cheminées des chaufferies..


.. et sans doute du groupe électrogène.


Une est tombée en 93 , nous l'avions guidé dans sa chute mais irrécupérable..


détails


Entourage de briques jusqu'en bas.


Les hampes de drapeau sont toujours là..


.. peut être un jour pour y mettre celui du bunker falaise..


..flottant au dessus du patio.


Les plantes s'harmonisent toujours avec le béton.


Toujours quand possibilités ,des réfections intermédiaires se suivent et se refont depuis 25 ans en attendant un feu vert pour le vrai travail de rénovation.


Le goudron s'étiole ,laissant les écoulements accentuer les fissures humidifiant tout et rouillant les structures restantes.


détails


Ce qui reste d'un poteau support d'antenne de TSF.


Le deuxième était déboité et très rongé , mais la porcelaine et les branchements sont impeccables.


.. un fil d'antenne était tendu le long de septs plots en ligne droite sur environ dix metres..


.. et chaque plots allait vers un poste de communication TSF dont un juste pour la reception radio générale.


détails


détails


..des explications plus détaillées seront dans 'documentations'.


Fin du détour , direction les tréfonds du bunker.

| Retour au menu photos |

web analytics